Le Karaté

Le karaté (karate) ou karate-dō est un art martial dit japonais. Cependant, l’origine est okinawaïenne (l’île principale de l’archipel des Ryûkyû), qui a longtemps constitué un royaume indépendant du Japon, au sud de l’île de Kyushu.

Le karaté est basé sur des techniques de percussion utilisant les différentes parties du corps comme des armes naturelles (doigts, mains ouvertes et fermées, avants-bras, pieds, tibias, coudes, genoux, tête, épaules, etc.) en vue de bloquer les attaques adverses et/ou d’attaquer.

Pour acquérir la maîtrise de ces techniques en combat, l’enseignement comporte trois domaines d’étude complémentaires : le kihon, les katas et le kumite.

Un peu d’histoire

1372 – Le roi Satto de Ryûkyû (Okinawa) noue un rapport tributaire avec la Chine (dynastie Ming). Depuis lors, c’est l’empereur de Chine qui confère son titre au roi de Ryûkyû. Dans ce but, une délégation chinoise se rend à Ryûkyû à chaque accession au trône. 

1392 – Des étudiants officiers militaires japonais vinrent en Chine pour étudier, ils ramenèrent beaucoup de connaissances en techniques de guerre, de médecines, navigations… Les familles japonaises nobles vinrent aussi étudier en Chine. A cette époque les officiers avaient un aide de camp pour assurer leurs protections, cet aide de camp était un guerrier confirmé qui augmentait son bagage militaire en pratiquant les techniques à mains nues dans les parcs et les temples. Souvent ces techniques avaient un aspect de gymnastique plus que guerrier. A la même époque en 1392 un groupe d’immigrés chinois s’installa dans le village de Kumé dans la région de Naha à la demande du roi de Ryûkyû Satto (36 familles environ).
On suppose que tous ces échanges culturels, commerciaux, militaires ont permis la divulgation au peuple Ryûkyû du  » combat à mains nues « .

1509 – Le roi Shô-Shin applique une politique de désarmement de la population, notamment des seigneurs locaux.

1609 – Invasion du royaume de Ryûkyû par la seigneurie de Satsuma. Cette fois-ci l’interdiction du port armes est imposée par les Satsuma. Désormais Ryùkyû va vivre sous la double domination de la Chine et du Japon, d’où une double influences culturelles. Cette interdiction de port d’armes permis à l’art du « combat à mains nues  » de devenir guerrier, car on ne considérait pas comme criminel, une personne qui tuait à main nues ; pour être accusé de meurtre il fallait être muni d’une arme aussi rudimentaire soit-elle (bâton, pelle … ).

1850 à 1855 – Okinawa s’ouvre à l’occident bien que le gouvernement y soit hostile. Le Shogun Toku- Gawa envoya des
samouraïs auprès de Napoléon III afin d’obtenir l’aide occidentale en matière de technique moderne de guerres.

1866 – Arrivée de la 23ème et la dernière délégation chinoise.

1868 – Restauration du régime impérial au Japon Meiji-Ishin.

1879 – Destitution de la famille royale de Ryûkyû est intégrée au nouvel état japonais et devient le département d’Okinawa.

1894 – Guerre Sino japonaise et victoire au japon l’année suivante.

1901 – Le karaté-do est adopté pour l’éducation physique dans les écoles primaires d’Okinawa.

1902 – A Kyoto le Butoku-Kai, organisation officielle qui regroupe toutes les disciplines du Budo, fixe les modalités d’attribution des titres de Maître  » Es Budo « .

1904 – Le Japon entre en guerre contre la Russie.

1905 – Victoire du japon. Le karaté-do est accepté comme discipline d’éducation physique au lycée et à l’école normale d’Okinawa.

1922 – Première démonstration publique de karaté-do par Gichin Funakoshi à Kyoto lors de l’exposition nationale d’éducation physique.

1945 – Le dojo Shotokan est détruit par les bombardements américains.

1949 – Formation du Japon Karaté Association (JKA), à sa tête Gichin Funakoshi.

1970 – Premier championnat du monde de Karaté à Tokyo.

Aujourd’hui – le karaté est le deuxième art martial le plus pratiqué avec plus de 50 millions de pratiquants dans le monde.

Comments are closed.